Enseignement

La personne étudiante

Schéma

Document

Témoignages d’expériences d’étudiants européens au cours des séminaires organisés à Avignon Université

 

Un travail de rendu à faire par les étudiants, un travail valorisé par un diplôme

La réalisation du travail sur la connaissance de soi, à travers des exercices et des prises de conscience par rapport à soi et à l’autre, nécessitent une rédaction qui le formalise. C’est à travers un rendu complet et détaillé que les étudiants pourront attester d’un travail, voire même d’un changement. L’écriture a cela d’intéressant, qu’elle nous fasse dépasser les simples mots et nous montrer combien certaines pensées ont vie en nous. Elle a aussi la vertu de nous faire organiser ces pensées, de les agencer en une continuité de « couleurs » que nous aurions eu des difficultés à apprécier par la simple vue directe. Pour aborder un sujet, ne faut-il pas l’aborder par plusieurs faces avant de pouvoir en appréhender la réalité unitaire ?

Car le travail sur les représentations et les pratiques est avant tout une prise de conscience sur sa manière de vivre le monde et l’environnement qui nous entoure. Le regarder c’est déjà le modifier : le monde est celui de ceux qui le regardent…ainsi que ce peintre qui, pour peindre la réalité, doit dessiner sous son pinceau ce qu’il en ressent et non ce qu’il en voit.

Les étudiants, qui vivent de nombreuses expériences en quelques jours : seuls avec eux-même, en groupe pendant les cours, en groupe hors des cours, affirment des changements, tout particulièrement humains. Alors, à l’heure où s’accumulent les prises de vues, il faut les organiser, les restituer, les montrer : car c’est dans ce que l’on montre aussi que l’on atteste, car acceptation de la réalité. L’Autre qui est moi, si je lui montre ce que j’ai vécu et ce que je pense avoir vécu, c’est comme se regarder dans le miroir et dire : ceci est moi, et comme tu l’as vu, je le fais mien.

Il y a aussi un intérêt à faire valider les expériences des étudiants par ceux-là même qui les ont encadrés, qui leur ont montré des voies pour cheminer intérieurement et extérieurement. Le rôle de l’accompagnateur c’est aussi, à travers un « rite de passage », de faire passer d’un état à un autre : que l’accompagné riche de ses nouvelles forces, deviennent libre de soi. Le diplôme qui est donné sera celui de la possibilité de poursuivre, à sa manière, une expérience nouvelle dans l’appréhension de sa réalité.

Ce travail de rendu est aussi un outil supplémentaire pour appréhender différentes facettes des problématiques développées par le groupe de travail du CUFEF d’Avignon et de ses coordonnateurs nationaux associés.

Pratique de la culture

Lors de leur voyage en France, les étudiants ont eu la possibilité de découvrir une histoire, un patrimoine, le mode de vie actuel en Avignon. La ville d’Avignon a une histoire riche d’événements et de venues d’hommes qui ont eu un rôle important dans son développement, mais aussi dans la diffusion de message à travers l’Europe. Nous pensons bien évidemment aux Papes qui y avaient élu résidence française lors des douzièmes et treizièmes siècles notamment. Nous pensons aussi à Pétrarque, cet esprit qui a parcouru la province du Mont-Ventoux et qui en a décrit toute la majesté, par des mots à la fois simples et pleins de vie. Avignon, c’est donc toute l’architecture, l’empreinte passée, la présence d’une forme d’art, qui s’est transmise jusqu’à aujourd’hui et qui a vécu au contact des mouvements d’art depuis plusieurs siècles. Les petites rues aux angles si étonnants, aux couleurs et vie si spécifiques, sont le témoignage de ces évolutions. C’est aussi un centre culturel lié au théâtre (pensons alors au Festival d’été en Avignon chaque année) ; un centre économique et de navigation : le Rhône est un des éléments fondamentaux de la ville.

C’est dans cette ambiance qu’ont été accueillis les étudiants européens, et qu’il leur a été donné le temps et un programme de visite, pour s’imprégner de cet environnement qui allait être le leur durant deux semaines. Ils ont ainsi visité les musées : qu’il s’agisse du Palais des Papes, du Petit Palais, du Musée d’Histoire Naturelle, du Musée Lapidaire. Ils ont assisté au Palais des Papes à une séance sur le cinéma, le cinéma contemporain, au regard de l’évolution du cinéma.

Les étudiants se sont montrés enchantés de la ville, de l’ambiance qu’ils pouvaient y trouver, et même, comme certains l’ont affirmé, « Un cadre essentiel à la réflexion pour laquelle ils sont venus ». Le Jardin des Doms, célèbre Jardin juché sur le Rocher des Doms formé il y a quelques quarante millions d’années, a été un des lieux qu’ils ont particulièrement affectionné et vers lequel ils sont revenus régulièrement.

Le soir, c’était pour les étudiants l’occasion de découvrir un autre aspect de la ville, plus festif, plus intimiste, de parcourir la gastronomie française. En allant dans des restaurants différents, ils ont pratiqué une autre forme de culture. Des concerts étaient aussi donné dans les bars musiques de la Place Pie, où alors ils pouvaient se retrouver dans un cadre hors contexte scolaire pour discuter de leur pays respectif, comparer les pratiques de chacun, d’apprendre quelques mots de la langue des autres, mais aussi de rire et de partager au-delà de ce que la barrière de la langue et des coutumes de chacun auraient pu induire. C’est ce qui a été le plus beau à voir : cette complicité quasi spontanée, un échange riche, et la prise de conscience de cette proximité entre eux sans qu’ils ne le pensent au départ – comme ils le rapporteront à la fin de leur séjour. La pratique mélangée de l’anglais et du français dans les conversations ont favorisé les échanges, l’apprentissage de la langue française lorsque certaines difficultés apparaissaient.

Des moments à la fois conviviaux et forts de sens, à tous les niveaux, pour une pratique culturelle singulière et alimentant ce que les cours dispensaient d’une manière plus théorique.

LES FORMATEURS DE L’A.R.P. acteurs des enseignements d’A.D.I. à AVIGNON UNIVERSITÉ

2019-Module ADI –

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :