Divers

Fabienne MEULEMANS

« Chargée de cours au CUFEF depuis 2004, doctorante au laboratoire Culture et Communication de l’UAPV.

Mes travaux engagés s’inscrivent dans le champ de l’éducation au travers d’une approche socio-psychologique et clinique du concept de personne (personne étudiante, personne enseignante). La question centrale de ma thèse, dirigée par Jean Davallon (70°) et Martine Lani-Bayle (71°), est de concevoir comment se construit « la personne étudiante au travers des états du soi ». Les concepts théoriques auxquels je me réfère se situent dans le champ de la psychologie sociale avec une méthodologie clinique. Un de mes chapîtres de thèse sera de mettre en relation le rôle des pratiques corporelles et des pratiques culturelles dans la construction de la personne étudiante. »

LOUIS BASCO

« J’ai soutenu en Sciences de l’Education en 2001 sous la Direction de Guy Avanzini. Mon travail portait sur «l’évolution de la volonté d’enseigner dans le premier degré» au travers d’une «étude de représentations» . Cette recherche empirique a étudié les cycles de vie professionnelle des enseignants et avait comme cadre théorique les travaux d’Ada Abraham (Professeur en Psychologie clinique à l’Université de Jérusalem) avec le concept de personne enseignante.

Ainsi, Ada Abraham met en avant des « états du soi » chez l’enseignant.

La notion de personne se trouve à la base de notre réflexion.

La définition première du mot « personne », vient de « persona » qui en latin, signifie le « masque » derrière lequel l’individu cache sa vraie nature.

“Etudiant qui es-tu ?” . A l’image de la question qu’Ada Abraham posait aux enseignants, nous pouvons transposer cette interrogation aux étudiants.

La question de l’identité de la personne de l’étudiant est au centre de nos préoccupations. En psychologie, la notion d’identité est associée au concept de “soi” . Nous nous référerons dans un premier temps à la notion du soi de Carl Rogers  : « Le soi est la manière dont un individu vit ou réussit à symboliser dans son conscient les vécus de son organisme. »

Le soi est, selon G-N Fischer , « l’ensemble des caractéristiques qu’un individu considère comme siennes et auxquelles il accorde une valeur socio-affective ». Le soi renvoie à l’idée de qui on est et au sentiment de demeurer toujours le même, à travers l’image que nous avons de nous-mêmes comme une impression de continuité par rapport à soi.

Le soi est lié chez la personne de l’étudiant à toutes ses conduites, ses attitudes et ses agissements à l’Université dans le cadre de ses études.

Mes travaux de recherche effectués ou en cours ont des problématiques ayant trait à l’analyse de l’engagement de soi dans la réception.

Ces travaux s’opèrent à partir d’une approche communicationnelle des formes culturelles, une étude des dispositifs sociaux et une analyse clinique des publics en interaction avec ses dispositifs.

Deux grands axes s’affirment depuis 2002 : la construction de la personne enseignante et la construction de la personne étudiante.

A l’Université d’Avignon , j’ai la responsabilité avec Fabienne Cote de la coordination européenne des modules d’Accompagnement au développement Individuel. Au départ ces modules nommés « Construction de Projet personnel» s’intéressaient bien évidemment à la personne mais donnaient une place importante à des domaines liés à l’orientation.

Nous avons souhaité placer nos enseignements dans le «présent de l’étudiant» et ainsi une remédiation a été nécessaire axant notre progression sur un travail spécifique sur un accompagnement de l’étudiant le menant de la connaissance de Soi à la construction de sa personne au travers du Soi réel et du Soi de l’étudiant.

Aujourd’hui donc les module ADI sont en place dans plusieurs universités françaises et européennes… Ces enseignements sont dans l’engagement de toute une équipe que je remercie encore pour son soutien : Fabienne, Anne Félizardo, Marie-Dominique Morrachini, Rémi Blancon, Jo Lemoine, Christine Conte, le Service des relations Internationales pour l’Université d’Avignon, Brigitte Paulignan pour l’Université Lyon 1 et Marzena Chrobak Institut de Philologie Romane de l’Université Jagellonne à Cracovie , Eva Oszetsky du Département de français de l’Université de Pecs, Jyrki Simovaara du Département culture et management de l’Université d’Helsinki, Thérèse Grange de la Faculté de pédagogie de l’Université du Val d’Aoste,  Klimis Navridis Faculté de la faculté psychologie de l’Université d’Athènes , Irini Apostolou du département de Langue et Littérature françaises  de l’Université d’Athènes, Maria Angela Perpetua Rodrigues de l’Université de l’éducation et de pédagogie de Lisbonne, Renata Listikova du  Département de Français de la Faculté de Pédagogie de l’Université Charles de Prague, Anastasia Tsamparli-Kitsara de l’Université de Rhodes. »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :